Dernières nouvelles

Le cerveau et la musique

Le cerveau et l’oreille des musiciens fascinent. Le Professeur Hervé Platel, neuropsychologue à l’université de Caen, revient sur les particularités cérébrales propres aux musiciens, de la finesse de la perception auditive à une mémoire consolidée, en passant par des stratégies d’imagerie mentale. La musique s’affirme comme une activité favorisant concentration et coordination, qui permettrait peut-être de prévenir le développement de maladies neurodégénératives.

Vous pouvez lire cet article fort intéressant ici : Le cerveau et la musique


Le Reflet de mars est en ligne

Dans quelques jours, vous recevrez la copie papier du Reflet de mars 2019. Merci à tous ceux et celles qui ont collaboré. Dans ce numéro, deux de nos membres ont écrit : Rita Pomerleau et Béatrice Parent. N’hésitez pas à les imiter.

Envoyez vos articles à notre nouvelle rédactrice Marie Nadeau (marienade16@gmail.com)

Voici le lien pour lire ce numéro : Reflet mars 2019

Deux activités à venir :

10 avril : conférences portant sur les assurances

Voici le coupon à imprimer pour participer à cette activité : Coupon conférence sur les assurances 2019

Notez qu’il faut l’envoyer à Louise Fortin, car Richard sera encore au Mexique.

16 mai : assemblée générale sectorielle à Beauceville

Le coupon de participation : Coupon assermblée générale sectorielle 2019

Tout est gratuit. Venez en grand nombre. Il y aura encore cette année une exposition. Il n’est pas trop tard pour présenter vos créations.

Merci à Marie Nadeau qui prend la relève pour la rédaction du Reflet. Je termine mon mandat en mai. Je garde cependant la gestion de notre site Web.


Comment les petits gestes peuvent faire une différence.

Beaucoup de gens ne croient pas à l’efficacité de l’action individuelle. « Pourquoi moi, je changerais mes habitudes alors que ce sont les grosses industries qui polluent ? » Cette attitude défaitiste ne fait qu’amplifier les problèmes écologiques liés à la société de consommation. Je le dis souvent à mes étudiants : « Si le problème est causé par une infinité de gestes insignifiants, tout geste répété par un grand nombre peut avoir un effet significatif. » Alors, voyons ce qu’a donné le défi.

Deux familles et un célibataire regroupant un total de 11 personnes vivant dans des conditions très différentes, en région montréalaise, ont accepté d’abord de mesurer leur empreinte carbone, c’est-à-dire le total des émissions occasionnées par leurs habitudes de vie dans le domaine du transport, du chauffage domestique, de l’alimentation, des voyages, de la gestion des déchets et des appareils électroniques. Ce sont les principales sources de gaz à effet de serre dans notre vie de tous les jours. Pour ce faire, on leur a administré un questionnaire simple et j’ai calculé leurs empreintes respectives. Celles-ci variaient entre 4,8 et 6,8 tonnes par personne. Ces chiffres ne sont pas très élevés, car chacun faisait déjà des efforts avant de relever le défi. Au total, les participants avaient émis 69 tonnes d’équivalents CO2 en 2018. Chacune des personnes avait un profil différent ; elles ont donc choisi parmi les quelques actions suggérées dans le portefeuille qui leur convenait le mieux. Et vogue la galère pour une expérience d’un mois à la suite de quoi j’ai recalculé leur empreinte pour 2019, si leurs nouvelles habitudes étaient maintenues.


Les résultats sont étonnants. Les 11 personnes auront réduit leur empreinte carbone de 20 tonnes sur 69 si elles conservent les comportements qu’elles ont mis en application dans la période expérimentale. Si on multiplie ce résultat sur l’ensemble de la population québécoise, cela représente une réduction de 14,5 millions de tonnes de CO2, c’est-à-dire 18,5 % des émissions totales de l’inventaire québécois 2016. C’est deux fois plus en une seule année que ce que tous les efforts gouvernementaux et industriels ont donné depuis 1990 ! Incroyable ?

Bien sûr, nos situations personnelles sont toutes uniques. Certains peuvent facilement modifier leurs habitudes de transport, d’autres n’ont pas d’alternative. Certains ont une alimentation avec un impact minimal et compostent déjà leurs résidus organiques, mais chacun a des marges de manœuvre. C’est ce que le questionnaire et le calculateur peuvent vous permettre de découvrir. Il suffit de le télécharger à http ://carboneboreal.uqac.ca/calculateur-ges-fr/. Connaître son empreinte carbone est la première étape pour pouvoir la réduire. Les conseils suivent le questionnaire.

L’expérience du défi a été très appréciée par les participants. Je vous laisse découvrir leurs commentaires sur le site de l’émission. Certaines choses ont été plus difficiles que d’autres, mais les gens veulent persister dans leur résolution.

En revanche, cette approche heuristique et ludique a déjà fait des petits. Par exemple, « Alma en transition » a lancé son propre défi. Pourquoi ne pas partir le vôtre ? Au bureau, en famille, entre écoles, entre municipalités, relevez le défi du « voisin dégonflable » ! Qui réussira à avoir la plus petite ? Tout cela est gratuit et sans obligation. À vous de jouer !


Babillard

Décès de Jacques Champagne, frère de Ruth Champagne, membre de l’AREQ

Voir l’avis de décès dans le site funéraire Roy et Giguère.

À sa résidence, le vendredi 15 mars 2019, à l’âge de 69 ans et 10 mois, est décédé monsieur Jacques Champagne, fils de feu Gérard Champagne et de feu Noëlla Quirion.

Il demeurait à Saint-Georges et était natif de Saint-Martin.

La famille recevra les condoléances à la résidence funéraire Roy & Giguère Inc., 2550, 1re Avenue Saint-Georges (secteur ouest), le mercredi 20 mars en soirée de 19h à 21h ainsi que jeudi, jour des funérailles de 9h30 à 10h15.

Les funérailles auront lieu le jeudi 21 mars 2019 à 10h30 en l’église de Saint-Georges (secteur ouest) et ultérieurement l’inhumation aura lieu au cimetière paroissial sous la direction de la maison Roy & Giguère Inc., 2550, 1re Avenue Saint-Georges (secteur ouest).

Il laisse dans le deuil ses frères et soeurs: Colette, feu Jean-Yves, Ruth, Colombe (Henri Turcotte), Guy (Sandy Wright) et feu Marie-Luce (Gaétan Fortin).

Il laisse également dans le deuil plusieurs neveux, nièces, cousins, cousines et ami(e)s.

Vos témoignages de sympathie peuvent se traduire par un don à la Fondation du coeur Beauce-Etchemin, 2640, boulevard Dionne, Saint-Georges, G5Y 3X8


Spectacle dans pour la Fondation de la persévérance scolaire : 22 mars à 19 h 30 au Cabaret des Amants

 

Créée à l’initiative de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin(CSBE), la Fondation de la persévérance et de la réussite scolaire est un organisme sans but lucratif qui vise à recueillir des fonds pour soutenir les élèves dans le besoin, afin que ceux-ci puissent poursuivre leurs études avec succès.

« Il y a des élèves qui se voient dans l’obligation d’abandonner ou qui voient leur succès compromis parce qu’ils manquent de moyens financiers. C’est une réalité que nous côtoyons tous les jours en formation professionnelle et à l’éducation des adultes », affirme Nataly Blondin, présidente de la Fondation et directrice du Service de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes et aux entreprises.

L’organisme recueillera donc des fonds, que ce soit en recevant des dons ou en organisant lui-même des activités de financement, et opérera deux fonds distincts. L’un d’eux servira à aider des élèves dans le besoin qui étudient en formation professionnelle ou encore qui terminent leurs études secondaires à l’éducation des adultes (formation générale des adultes). Le deuxième vise plus spécifiquement l’aide à des élèves qui sont recrutés lors de missions à l’étranger et viennent faire des études en formation professionnelle à la CSBE.

L’argent amassé auprès des entreprises servira donc à favoriser la persévérance et la réussite de ces élèves et ultimement, leur intégration au marché du travail dans notre région.

Par ailleurs, outre Mme Blondin, les autres membres du conseil d’administration sont Marie-Claude Bélanger (vice-présidente), Diane Pouliot (secrétaire), Cécile Poulin, Patricia Morin (trésorière), Marie-Josée Lacombe et François Lemieux.

Pour plus d’information sur la Fondation, communiquez avec Mme Morin au 418 228-5541, poste 2633, ou par courriel (ici).


Rencontre du 7 mars : L’amour : de l’idéalisation à la relation, en passant par la désillusion

L’amour : de l’idéalisation à la relation, en passant par la désillusion

Voir le document en format PDF : 2019-03-Café-St-Georges-Amour-idéalisation-désillusion.docx

D’une relation à l’autre, la conception de l’amour peut venir à changer. Ceux et celles qui ont vécu plus d’une relation amoureuse ont sans doute remarqué que la grande illusion du « tout est parfait » finit toujours par passer. À l’épreuve du temps, les amoureux passent de l’idéalisation de l’autre et de soi, à la désillusion. « Il ou elle n’est que cela et, en plus, ressemble parfois à mon ex ». Ne serait-ce que ça, l’amour ? L’illusion d’un oasis dans le désert ? Et si la relation d’amour véritable passait, justement, par la perte des illusions et la volonté de bâtir du solide, avec la personne avec qui l’on est ?

Voilà ce dont il sera question au prochain café-discussion de Partage au masculin, jeudi 7 mars, 19h00, au local de l’organisme (925 boul. Dionne Saint-Georges Ouest).

Animée par Michel Roy, cette activité gratuite est offerte à tous les hommes de la région qui ont le goût d’échanger entre eux dans une atmosphère cordiale et en toute confidentialité. Les contributions volontaires sont acceptées.

Pour information 418 228-7682 ou www.partageaumasculin.com


Activités à venir